Coovi Florent Nagoba est une force béninoise du dessin. La cinquantaine en début d’achèvement, l’artiste, dès ses années lycéennes, pratique le troisième art à travers des créations concrètes en sculpture, même si l’expression du caractère inné de ce talent s’effectue à l’école primaire où il dessinait beaucoup et partout. Déjà, en première année du cours élémentaire, le maître du CM2 le sollicitait pour réaliser, au tableau, pour ses candidats à l’examen, les croquis et les schémas.

Actif, gros travailleur, mobile et entreprenant, Florent Nagoba tient sa première exposition en 1981 au Centre Culturel Français (CCF) de Cotonou alors qu’il n’est qu’en classe de seconde. Pour en arriver à cet acte de consécration professionnelle qu’aujourd’hui bon nombre d’artistes cherchent sans pouvoir se l’obtenir, il lui a simplement fallu s’armer d’audace pour aller proposer ses sculptures de portraits, de bas-reliefs, de masques et de reproductions au directeur du CCF de l’époque. Celui-ci, impressionné par ce talent tout frais, n’a pu que lui demander de multiplier ses œuvres de façon à ce qu’il en atteigne un nombre exposable.

Dans sa famille, son oncle, sculpteur sur bois, l’impressionne et, déterminé à se faire un espace complètement original, Florent Nagoba déploie son inspiration sur un matériau simple : le ciment. Il se fixe alors définitivement d’exercer la profession de dessinateur, de peintre et de sculpteur puis de s’ouvrir à la décoration architecturale.

Au fil des années, un nombre impressionnant de résidences privées portent la signature de sa décoration aussi bien au Bénin, au Nigeria, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo, notamment, sans oublier la prise en charge d’édifices institutionnels comme celui de la Francophonie à Madagascar.

Au pays, sa première exposition au CCF lui ouvre les portes à bien d’autres chantiers, entre autres, la commande d’une quinzaine de sculptures du portrait de Lénine par l’Ambassade de la Russie près le Bénin, à l’occasion du 111ème anniversaire de la naissance de cet homme d’Etat. Il réalise aussi les clôtures du Centre de Promotion de l’Artisanat (CPA) de Cotonou, de l’annexe du Ministère de la Communication, de même que la décoration de la salle de conférence de la Direction générale des Douanes et droits indirects, puis le logo de cette institution, sans oublier le décor d’un bon nombre de festivals de tous ordres et la conception de timbres de la poste.

Coovi Florent Nagoba déploie la maîtrise de son art de décoration architecturale dans les lieux de culte, ayant à son actif des réalisations d’une qualité exceptionnelle et consensuelle au niveau de plusieurs églises catholiques : Saint Jean-Baptiste, Saint Michel, Sainte Rita, Saints Pierre et Paul d’Agla, à Cotonou, Saint Antoine de Padoue d’Abomey-Calavi, Saints Pierre et Paul de Porto-Novo, Sainte Anne d’Attakè, Sacré Cœur de Ouinlinda, entre autres.

De même, des temples de divinités des religions endogènes béninoises ont connu l’expression de son savoir-faire : ’’Abessan’’, le temple de vodoun ayant la forme d’une termitière, et le ’’Kpakliao’’, un édifice de 25 m, réalisé à Porto-Novo, et qui constitue le siège international du culte de ’’Zangbéto’’.

Après tant de réalisations et d’œuvres de haute portée, Florent Nagoba n’aspire qu’à la transmission de son art, lui dont la modestie de la taille et de la loquacité contraste avec l’immensité d’une capacité de réalisation artistique dans ses domaines de prédilection, comme pour donner du poids à l’adage selon lequel « les tonneaux pleins font leur chemin sans bruit ».

F. R. N, Correspondant Média Ouémé

Tél: (+229) 97 773 785
(+229) 95 816 608 /
Email: abapforpi@yahoo.fr ;
associationabap@gmail.com ;

Ce site web est créé et maintenu avec le soutient financier de l'Union Européenne. Son contenu releve de la seule responsabilité de l'Association Béninoise des Arts Plastiques et ses partenaires et ne reflete par necessairement les opinions de l'Union Européenne