Atlantique

André Atsiné

Portraits de famille, parents endimanchés, bébé dans les bras assis dans un décor irréel, portrait de femme assise (vendeuse au marché ?) à l’abri derrière un parapluie, le calme du quotidien en couleurs pastels.

Les toiles sont presque mates, poreuses, André Atsiné, Gilles Atrokpo de son vrai nom, exploite la rugosité de la toile enduite de sable et travaille ses peintures au couteau.

Ses autres tableaux, surfaces épurées où il décline des nuances d’ocre, où des personnages au dessin enfantin portent des cercles concentriques qui font penser aux éléments graphiques du langage pictural aborigène, surfaces épurées aux accents de peintures rupestres où le rouge, le bleu et le vert, qu’il interfère, les inscrivent dans la modernité.


Fabiola Badoi