1ère CONFERENCE DE LA 3ème JIAP: Le rôle des artistes plasticiens dans le tourisme exposé

1ère CONFERENCE DE LA  3ème JIAP: Le rôle des artistes plasticiens dans le tourisme exposé

1ère CONFERENCE DE LA  3ème JIAP: Le rôle des artistes plasticiens dans le tourisme exposé.

La première conférence inaugurale de la 3ème  Journée Internationale des Arts Plastiques s’est déroulée ce mardi 1er  Novembre 2016. C’était au siège de la Fédération des Associations Professionnelles des Plasticiens et Graphistes du Bénin (FAPLAG-Bénin) sise à Cotonou quartier(Gbéto). Une conférence portée sur le thème central de la journée : ‘’Arts plastiques et patrimoine endogène pour le tourisme’’ qui a été animée par AMOUSSA Rahimi. Le conférencier a dans son exposé, invité les artistes plasticiens à beaucoup travailler pour s’imposer dans tous les domaines et surtout celui touristique au Bénin.

L’artiste plasticien béninois à travers la Fédération des Associations Professionnelles des Plasticiens et Graphistes du Bénin (FAPLAG-Bénin) a plusieurs rôles fondamentaux à jouer dans le domaine touristique. Il s’agit pour Faplag-Bénin de travailler d’une part pour la formation permanente des artistes plasticiens afin qu’ils jouent le rôle qui est le leur dans le développement touristique : la création. Et de réfléchir d’autre part sur la confection de carte de membre pour avoir une banque de donnée sur les artistes plasticiens au Bénin.

En effet, Faplag-Bénin doit beaucoup travailler pour imposer les créations des artistes plasticiens aux gouvernants. Pour ce faire, les artistes plasticiens devront s’intéresser aux disciplines comme le dessin, la sculpture, la photographie, la peinture d’art, les installations, l’architecture et autres. Pour le conférencier, l’artiste plasticien a beaucoup de potentialité et ne devrait en aucun cas rester dans la misère mais plutôt être le plus riche de la société. Le plasticien selon Rahimi AMOUSSA doit se prendre au sérieux et se considérer comme un homme culturel « Si l’artiste plasticien travaille, il a son mot à dire dans tous les domaines » a déclaré M. AMOUSSA Rahimi. Des explications qui au regard des artistes plasticiens présents ouvrent d’autres horizons ; pour Hippolyte DJIZO alias D’hyzo, les explications du communicateur lui ont ouvert un nouveau monde.

Selon Rahimi AMOUSSA,  les créations des artistes doivent aller à l’école de l’appropriation de nos valeurs endogènes à travers les emblèmes, les noms endogènes, les coiffures, les symboles, pour ne citer que celles-là. Il invite donc, à la fin de sa communication Faplag-Bénin à aider le plasticien béninois à créer sans être victime de la pauvreté.   

Par : Jonathan SEWAÏ